dimitriphilopoulos.com

Dimitri PHILOPOULOS

Avocat et Docteur en médecine

Défense de victimes d'erreurs médicales et d'accidents de la route
22 av. de l'Observatoire - 75014 PARIS
Tél. 01 46 72 37 80

Le Blog de Dimitri PHILOPOULOS


La Cour de cassation décide que le médecin commet une faute en ne s'assurant pas du résultat d'un examen médical

03.05.2018
avocat, droit de la santé, victime, risque sanitaire

En l'absence de transmission des résultats d'un examen de dépistage de trisomie lors du suivi d'une grossesse, deux gynécologues-obstétriciens ont néanmoins établi leur diagnostic. Or, le résultat non transmis montrait un risque élevé et l'enfant est finalement né atteint d'une trimosie 21.


La cour d'appel condamne les deux médecins pour faute médicale et ceux-ci ont formé un pourvoi en cassation.


Dans un arrêt rendu le 3 mai 2018, la première chambre civile de la Cour de cassation rejette le pourvoi et énonce : Attendu, d'autre part, qu'après avoir relevé que le dossier médical de Mme Z..., transmis à M. X..., ne contenait pas de réponse au test demandé et que ce praticien ne pouvait fonder son diagnostic sur le défaut de réponse des laboratoires, elle a pu, sans opérer une analyse rétrospective des éléments soumis, retenir qu'il avait également commis une faute en ne s'assurant pas du résultat de ce test.


Les médecins doivent donc s'assurer d'être en possession des résultats pertinents avant d'établir leur diagnostic.


   


Anormalité du dommage au sens du II de l'article L1142-1 CSP : un tour rapide de 51 décisions

25.03.2018
1142-1, code de la santé publique, conséquences anormales, indemnisation, Oniam

On le sait, l'une des conditions importantes du II de l'article L 1142-1 du code de la santé publique est celle de l'anormalité du dommage.


La jurisprudence, tant judiciaire qu'administrative, décide que, au sens de ces dispositions, la condition d'anormalité du dommage est remplie lorsque l'acte médical a entraîné des conséquences notablement plus graves que celles auxquelles le patient était exposé par sa pathologie de manière suffisamment probable en l'absence de traitement et, dans le cas contraire, dans les conditions où l'acte a été accompli, la survenance du dommage présentait une probabilité faible.


Un tour rapide des réponses apportées par 51 arrêts est en ligne à cette page de notre site.


   


Le handicap d'un enfant est-il survenu pendant ou avant la naissance ? Calculez les centiles de la croissance fœtale en un clic avec notre application en ligne

21.03.2018
Handicap de l'enfant : erreur médicale ou non ?

Lors de l'expertise médicale en matière d'une infirimité motrice cérébrale (IMC), la question est souvent celle de savoir si le handicap est conséctif à une faute d'un gynécologue-obstétricien ou une sage-femme ou plutôt à une cause antenatale donc survenue pendant la grossesse comme un retard de croissance intra-utérin sévère.


Voilà pourquoi les centiles de la croissance néonatale (poids, taille et périmètre crânien) sont importants. Vous pouvez les calculer maintenant en un clic avec notre application en ligne.


Notre application en ligne est disponible à cette page de notre site.


   


Las de calculer le nombre d'heures ou jours pour les demandes d'indemnisation du DFT et de l'APT ? Faites-le en un clic avec notre application en ligne

11.03.2018
Calcul du déficit fonctionnel temporaire et l'assistance par tierce personne

Lors du calcul du déficit fonctionnel temporaire (DFT) et l'assistance temporaire par tierce personne (ATTP), donc avant consolidation, il est souvent pénible de calculer le nombre de jours ou d'heures fixé pour les différentes périodes énoncées dans les rapports d'expertise. Certains experts n'hésitent pas à soulever 5 périodes voire 10 ou plus !


Pas de stress ! Notre calculateur en ligne effectue ce calcul pour vous en un clic.


Ce calculateur est disponible à cette page de notre site.


   


Le projet de loi sur la protection des données personnelles adopté par l'Assemblée nationale

13.02.2018
ministère de la justice, données personnelles, cnil

Le Ministère de la Justice a diffusé sur Twitter une courte vidéo pour comprendre le projet de loi sur la protection des données personnelles adopté par l'Assemblée nationale le 13 février 2018. Ce projet de loi concerne les victimes d'erreurs médicales puisque la procédure d'anonymisation des décisions de justice n'est pas parfaite malgré des algorithmes plutôt performants.